Les associations, tout un programme !

 

Après avoir diffusé amplement son manifeste Vive les associations, la Ligue de l’enseignement 95 collecte aujourd’hui les réponses des candidats aux municipales. Il s’agit de connaître leur programme en faveur des associations. Une poignée d’entre eux ont pris le temps de nous répondre, ce qu’on peut considérer comme un premier signe d’intérêt pour la vie associative.
Nous avons choisi de zoomer sur trois communes, Argenteuil, Garges-lès-Gonesse et Montigny-lès-Cormeilles, à partir des réponses reçues, nous excusant pour les autres. L’accès aux salles et équipements municipaux sont le plus petit dénominateur commun des programmes, toutes couleurs politiques confondues. Garantir la transparence dans l’attribution des subventions est un autre point de consensus. Mais, au-delà des bonnes déclarations d’intention, on peut cependant repérer des engagements concrets ici et s’interroger sur certaines orientations ailleurs…

 

Argenteuil

À Argenteuil, le fonctionnement hiérarchisé des services du maire sortant Georges Mothron, LR, qui se représente, ne nous a pas permis de connaître la réaction du candidat aux actions que recense le manifeste. L’équipe de Philippe Doucet, PS, développe un programme qui va du renforcement de l’aide aux associations dans le cadre de la maison éponyme jusqu’à la réactivation du conseil du vivre ensemble composé, entre autres, de représentants des associations. Deux autres orientations rejoignent les préconisations du manifeste :

  • côté événementiel, ne pas considérer les associations comme des prestataires de service, mais comme des partenaires à part entière,
  • s’appuyer sur l’expertise des associations, en matière environnementale, notamment. « On ne veut pas réinventer l’eau chaude, quand on dispose de compétences à notre porte ».

Quant à la candidate LREM, Dalila Kaabeche, elle s’engage en 10 points pour les « plus de 400 associations argenteuillaises actives dans tous les domaines d’intérêt ». Elle compte développer une plateforme de réservation des salles municipales, ce qui répond à un réel besoin de locaux. Comme d’autres candidats, elle compte stimuler l’engagement associatif des jeunes, en contrepartie de financement pour leur permis de conduire. À noter, l’annonce d’un budget participatif rejoint notre manifeste.
En revanche, conditionner l’octroi d’une subvention à la signature d’une charte des valeurs républicaines pourrait fragiliser l’indépendance des associations. Elles devraient respecter des principes ne correspondant pas à leurs propres valeurs.

Dernière minute : nous venons de recevoir la réponse de la liste municipale « Argenteuil tous ensemble« . Nous choisissons de la publier in extenso, étant donné son caractère exceptionnel : répondant oui, par écrit, à toutes nos recommandations.

 

Montigny-lès-Cormeilles

L’équipe du candidat Jean-Noël Carpentier, mouvement des progressistes, maire sortant, rappelle les nombreuses actions pour la vie associative menées par les services municipaux. Outre le soutien financier et matériel, un accompagnement à la formation, à la communication, à la gestion est proposé. Le mode de partenariat avec la Ligue de l’enseignement pour les vacances est exemplaire de ce que demande le manifeste. En effet, la mairie n’est pas tombée dans la logique des appels d’offres qui fait fi du caractère d’intérêt général des associations et les enferme dans un rôle de simple prestataire de services, évalué sur un critère de moins-disant commercial. C’est donc une convention qui régit le partenariat avec la Ligue.
Quant à Modeste Marques, candidat LR, il affirme que son programme reprend « pas mal d’actions recensées par le manifeste », comme investir un élu de la vie associative ou créer un conseil de la vie associative. Cependant, pour « impliquer plus les associations dans la vie locale », il envisage de conditionner le versement des subventions à la participation à « des actions ponctuelles engagées par la ville, caritatives, en faveur du handicap, » etc. Enfin, il porte la mise en place d’un fonds de dotation alimenté par les entreprises.

 

Garges-lès-Gonesse

Reprenant le flambeau du maire sortant, Benoît Jimenez, UDI, soutenu par LREM, n’a pas répondu à nos sollicitations. Un autre adjoint, candidat lui aussi, DVD, Sabry Kalaa, malgré « son grand investissement en faveur de la vie associative », comme l’affirme un membre de son équipe, n’a pas répondu non plus.
La liste de Pamela Hocini, FI, PCF, Génération.S, promet de placer les habitants, et les associations qui les représentent, au cœur du projet. Un membre de l’équipe juge la signature de conventions pluriannuelles d’objectifs, comme le suggère le manifeste, «une très bonne idée, qui donne de la visibilité dans les deux sens».
Au préalable, un état des lieux permettra de distinguer les associations qui font du clientélisme ou de l’entre-soi et celles qui réalisent un travail d’intérêt général. Cette liste rejoint le manifeste en voulant s’appuyer sur l’expertise d’associations, notamment en matière de développement durable, plutôt que de passer des marchés avec des cabinets privés.
Candidat sans étiquette, Samy Debah fait figurer les associations en bonne place parmi les 87 mesures de son programme. Il compte s’appuyer sur elles pour permettre aux Gargeois de se réapproprier la culture et mieux vivre avec les cultures des uns et des autres. Les nombreux centres sociaux de la commune pourraient accueillir les activités des associations, en dehors des horaires d’ouverture de ceux-ci. Ne les voulant ni prestataires de services ni clientes, il insiste sur les missions d’intérêt général que les associations doivent remplir, au service de tous les habitants et des plus en difficulté, en particulier. Un budget participatif est prévu.
Le manifeste Vive les associations a vocation à vivre au-delà des élections municipales de 2020. Gageons qu’il serve de boussole aux nouvelles équipes qui sortiront des urnes les 15 et 22 mars.

Top