Accueil loisirs dans le Vexin

On a fait argile ce matin, déclare fièrement Nolan. Comme la trentaine d’enfants accueillis cette semaine aux Filous, il expérimente, sans le savoir, les modalités de fonctionnement post Covid de cette structure du Vexin. Géré par l’association Adapte 95, l’accueil loisirs sans hébergement (ALSH) de Villers-en Arthies est intercommunal. Il draine donc tous les 3-13 ans des 26 charmantes communes du Vexin-Val-de-Seine, enfin les plus rapides à s’inscrire, car la capacité est de 50 places, ramenées cet été à 40 pour respecter les mesures de distanciation…
L’expérience accumulée en 12 ans de gestion, le savoir-faire de sa fédération, la Ligue de l’enseignement 95 en matière d’éducation populaire et de périscolaire, ne sont pas de trop en cet été 2020 si particulier. Caroline, la jeune directrice du centre reconnaît que les plannings ont été compliqués à établir. Mais au bout du compte, Adapte a réussi à mettre sur pied un programme estival attrayant et équilibré, mis en musique par une équipe de quatre animateurs
En juillet, autour du thème arts, les enfants vont pouvoir passer des arts visuels (d’où l’argile !) à l’art animé, qui débouchera sur la réalisation d’un petit film. À l’aise dans l’immense salle communale comme dans le magnifique parc ouvert de la mairie, les enfants n’ont pas à subir un carcan sanitaire trop pesant.
Dehors, Baptiste a adapté sa bataille navale géante à la tranche d’âge de ses petits participants. L’eau, il pourra en être question, en toute sécurité, cet animateur étant, en plus, titulaire d’une spécialisation surveillant de baignade. Dites à vos parents de vous mettre une casquette prévient Alexiane. L’animatrice est désolée de ne pas pouvoir prêter de chapeau aux imprévoyants, protocole sanitaire oblige.

Des vacances intelligentes
Espérant bénéficier du label vacances apprenantes pour ses Filous, Adapte 95 a bâti tout un programme d’ateliers thématiques. Ouverts pour la première fois tout le mois d’août, ils seraient conduits par des intervenants spécialisés – informatique, slam, théâtre, etc.- que le dispositif de l’État permettrait de financer. À l’heure du bouclage de la newsletter, la réponse des services préfectoraux n’est pas encore connue.
Mis à part ce financement conjoncturel, les communes et leurs regroupements peuvent choisir de soutenir Adapte pour élargir l’offre de loisirs enfants, durant l’année scolaire comme durant les congés. Apprenantes ou non, ne faut-il pas faire confiance aux associations spécialisées pour proposer des vacances … intelligentes !

Top